Carole Hunt

Le blogue officiel de Carole Hunt
  • Facebook
  • Twitter
  • Google +

Être chez soi, grâce aux grandes enseignes

Être chez soi, grâce aux grandes enseignes - Carole Hunt

C'est drôle parfois, comme dans une conversation, on peut passer du tout au tout. L'autre jour, j'étais au café avec une amie, et je me suis amusé à écouter des bribes de conversation en allant au comptoir. Si on les mettait ensemble, ça n'aurait juste aucun sens : Tu te rends compte qu'elle m'a dit ça… Oui, je sais, tout augmente… T'es pas allée chez le coiffeur récemment ... C'est comme la qualite de l air Montreal… J'aurais voulu partir en vacances… Ah non, je trouve plus mon téléphone... Je te jure que je ne suis jamais allée à Québec...  Tu ne connais pas sa sœur ????… Kavanagh habite en France, non ????

Ce qui est assez drôle aussi, c'est de voir les visages associés aux propos tenus. Je suis sûre que si on demande à quelqu'un de fermer les yeux, d’écouter ces conversations, et ensuite, les yeux ouverts, de dire qui a dit quoi, dans la plupart des cas, il ferait une erreur sur deux.

Cela montre la diversité des gens qui vont au café. C'est tellement sympathique de voir réunies des personnes qui ne se connaissent pas ; ils ne se parleront pas, peut-être ne se reverront-ils plus jamais, mais ils forment, comme une sorte de  mosaïque au même endroit. Certains cafés ont leurs habitués, et c'est encore plus intéressant. En effet, on a parfois nos préférences, je sais personnellement, que j'aime beaucoup aller chez Starbucks, où que je sois dans le monde ; autant pour l'atmosphère, que pour le cappuccino caramel latte, c’est un vrai bonheur. Que je sois à Londres, à Paris, à Montréal, ou à New-York, c’est un peu comme si je me sens chez moi quand je bois un cappuccino caramel latte au Starbucks… C’est drôle quand même, comment fonctionne le cerveau.

Le goût m’en est venu après un séjour aux USA. Notre boss était un inconditionnel de la marque, et dès qu’on était en déplacement, dans quelque pays, ou ville que ce soit, c’était toujours la même chose, pas besoin de lui demander : on se retrouvait chez Starbucks. Pour John, c’était son QG mobile. Il faut dire que c’est hyper pratique côté WIFI, prises, etc. Ils sont toujours très bien organisés. On connaît les produits, et on sait ce qu’on peut y déguster.

Finalement, j’ai pris son habitude et je ne m’en plains pas. Cela facilite tellement la vie de se dire qu’on a un point de repère dans un nouvel endroit, aussi nouveau et différent soit-il de notre environnement habituel. C’est la force des grandes enseignes, elles nous donnent des points de repère. Un peu comme quand j’ai retrouvé Leroy Merlin en Ukraine ! On se sent « chez nous », même si on ne l’est pas du tout !

 

The author:

author

Après l'obtention en 1998 d'un DEC en Arts et technologie des médias, Carole Hunt suit quelques cours en création littéraire a l'Université du Québec à Montréal, avant de se lancer dans le monde du web. Elle publie couramment en tant que chroniqueuse, auteure, blogueuse dans les différentes haute sphères du web 2.0 .